Insolite

Vous saurez tout sur les municipales

Vous saurez tout sur les municipales

"- Tu vas voter pour qui, toi ?
- Je pense que je vais voter pour Machin
- Mais nan ?? Tu vas pas voter pour Machin alors qu'il a dit blablabla??! "


Et donc on fait quoi ? Entre les tracts distribués dans les rues, les élus qui viennent sonner chez vous, les coups francs, les coups bas, et les alertes Coronavirus qui débarquent toutes les 3 minutes, on est un peu perdus. 
Et pourtant, dimanche, il va falloir choisir. Choisir ce que vous souhaitez à Paris pour les 6 prochaines années. Le Paris qui vous inspire. Le Paris qui vous rend fier et qui vous fait rêver. Le Paris dans lequel vous avez envie de vivre. Alors pour vous aider à y voir plus clair, on s'est maqué avec Voxe, un média indépendant et citoyen qui explique de manière simple la politique. Et on va répondre à toutes les questions que vous vous posez. 

 
1) Le déroulement des élections

 
Comment ça fonctionne ? Pourquoi y a-t-il 2 tours ? Les gens en photo sur les tracts sont-ils ceux qui s'occuperont de notre municipalité ? 

Les élections municipales parisiennes fonctionnent selon un scrutin proportionnel - qui permet donc d’obtenir un nombre de sièges proportionnel au nombre de voix - avec prime majoritaire, c'est-à-dire que la liste qui a le plus de voix obtient de fait la majorité des sièges. Elles se déroulent en deux tours, les dimanches 15 et 22 mars cette année. On ne vote pas pour un candidat mais pour une liste de candidats : il s’agit des futurs conseillers municipaux et maires des arrondissements. Pour faire simple, vous votez pour la base d’un système pyramidal : tout en bas se trouvent les conseillers municipaux par arrondissement, qui eux-même voteront pour ceux qui iront au Conseil de Paris, qui eux-mêmes voteront pour le ou la maire de Paris.
 
2) Les listes candidates

 

Combien y-a-t-il de listes ? Qui sont les candidats ? Quels sont leur partis ? Quel est leur projet foufou ? Qu’ont-ils fait dans une autre vie ?

On entend surtout parler de 4-5 listes mais en réalité, il y en a plus !
-> Il y a les candidats qui veulent gagner la Mairie Centrale (le beau bâtiment sur la ligne 1) : pour augmenter leurs chances de gagner, ils présentent des candidats sur leur liste dans tous les arrondissements ou presque (car plus ils ont de candidats élus par arrondissement, plus ils ont de conseillers au Conseil de Paris et donc plus ils ont de chances que ce Conseil les choisisse comme maire, vous voyez ?) - c’est le cas des 8 listes qu’on va décortiquer pour vous.
-> Il y a aussi des listes qui ne se présentent qu’au niveau d’un ou quelques arrondissements. S’ils sont élus, ils pourront alors siéger au conseil municipal d’arrondissement et, s’ils ont eu une présence forte au niveau de l’arrondissement, grapiller quelques sièges au Conseil de Paris pour faire entendre leur voix. 

Les candidats :
> David Belliard à la tête de L’écologie pour Paris 
Parti : Europe Ecologie les Verts 
Dans une autre vie : journaliste, président du groupe des Verts au Conseil de Paris
La Belliard touch : la réouverture de cours d’eau et l’aménagement de certains quais de Seine pour créer des lieux de reproduction des poissons et la création d’un tram pour relier les 5 grandes gares SNCF parisiennes ainsi que des conventions citoyennes avec des citoyens tirés au sort pour les grands projets de la ville.
 
***
 
> Agnès Buzyn à la tête de Paris Ensemble 
Parti :  La République En Marche 
Dans une ancienne vie : elle a été Ministre de la santé, médecin et enseignante-chercheuse
La Buzyn touch : 50h de babysit gratuit pour les familles monoparentales, le réseau de “rues jardins” - des rues végétalisées - dans le Centre (arrondissements 1 à 4) et la possibilité d’interpeller le Conseil d’arrondissement ou de Paris avec 10% du corps électoral. 
 
***
 
> Marcel Campion à la tête de Libérons Paris
Parti : pas de parti 
Dans une autre vie : il a fait fortune dans le milieu de la Fête Foraine 
La Campion touch : rouvrir les voies sur berges aux voitures et construire des centres d’hébergement pour réfugiés sur les terrains inoccupés. 
 
***

> Rachida Dati à la tête de Engagés pour changer Paris
Parti : Les Républicains
Dans une ancienne vie : magistrate, ministre de la Justice, députée européenne, maire du 7e arrondissement
La Dati touch : ses brigades d’intervention rapide pour une ville plus propre, son plan “Air Sain” avec l'installation de purificateurs d’air dans les écoles et un gros cleaning des bois de Boulogne et Vincennes. Pour la consultation des Parisiens dans les gros projets.
 
***
 
> Serge Federbusch à la tête de la liste Aimer Paris
Parti : Le Rassemblement National.
Dans une ancienne vie :  haut Fonctionnaire, conseiller municipal d’arrondissement dans le 10e
La Federbusch touch : la réouverture des voies sur berges, un tunnel du Trocadéro à Morland pour traverser Paris et l’aide aux locataires de HLM pour en faire des proprios.
 
***
 
> Anne Hidalgo à la tête de Paris en commun 
Parti : Parti Socialiste
Dans une ancienne vie :  maire de Paris, inspectrice des finances 
La Hidalgo touch : le référendum sur le nombre max de jours de location des logements parisiens sur les plateformes type Airbnb, le chèque coup-de-main pour les familles monoparentales. 25% du budget de la ville attribué par les citoyens, en budget participatif (vs 5% aujourd’hui).

***
 
> Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo à la tête de la liste Décidons Paris
Parti : La France Insoumise
Dans une ancienne vie :  conseillère d’orientation psychologue mais surtout oratrice pour LFI et conseillère municipale du 20e arrondissement pour Danielle Simonnet / joueur de foot pour Vikash Dhorasoo
La Simonnet & Dhorasoo touch : le référendum municipal d’initiative citoyenne, le référendum sur les JO et la création d’une “garantie dignité”, nouveau minimum social.
 
***
 
> Cédric Villani à la tête du Nouveau Paris
Parti :  LREM dissident
Dans une autre vie : il a reçu la Médailles Fields, qui est l’équivalent du Prix Nobel de Mathématiques 
La Villani touch : les 3 promenades végétalisées qui relieraient notamment le bois de Boulogne à Vincennes, les Vélibs gratuits pour 2h, un référendum sur les rythmes scolaires mais aussi le projet de déplacer le trafic international de la gare du Nord vers Saint-Denis.

 
3) La procuration

Comment voter par procuration ?

En vadrouille ce dimanche ? Il est encore temps de donner procuration - permettre à une autre personne de voter à votre place - mais il ne faut plus trop tarder, le temps que la Poste envoie votre procuration à votre bureau de vote. Les étapes sont simples :
-> trouver quelqu’un de bonne volonté qui vote dans votre commune, idéalement dans votre bureau de vote, sinon il devra se déplacer jusqu’à votre bureau de vote pour voter en votre nom.
-> lui demander quelques infos (genre date et lieu de naissance, adresse...)
-> se rendre au commissariat ou au tribunal d’instance, et voilà ! Plus d’explications par ici >>

 
4) Les 4 obsessions de la campagne

 
Découvrez les 4 thèmes qui font la campagne : le social, l'écologie, la sécurité et la propreté. Ce ne sont pas les seuls thèmes de la campagne, mais ce sont ceux qui sont les plus mis en avant par les différents candidats. Pour retrouver l’ensemble des propositions des candidats, rendez-vous sur le site de Voxe >>
 
LE SOCIAL

 
Les loyers parisiens seraient trop chers, l’achat inabordable et le nombre de personnes vivant dans la rue croissant. Comment résoudre ce problème et faire de Paris une ville où tous les milieux sociaux peuvent cohabiter et vivre au quotidien ? 

Opération “je veux un chez moi” : un objectif, plusieurs méthodes : les candidats sont tous d’accord sur le fait qu’il est important d’aider les Parisiens à se loger, mais les méthodes pour y arriver sont différentes : 

-> Réquisitionner ou transformer les surfaces vacantes pour les vendre ou les louer : Serge Federbusch (RN) souhaite exonérer ceux qui ont des bureaux vides et qui voudraient les transformer en appart à vendre alors que Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI) et Agnès Buzyn (LREM) proposent plutôt de réquisitionner les logements vides pour les louer. Pour David Belliard (EELV) il faut à la fois transformer des surfaces en logements et réquisitionner des logements vacants. 

-> Pour Rachida Dati (LR), le sujet c’est plutôt de réhabiliter le parc social existant avant tout.

-> Construire plus de logements sociaux : certains souhaitent dépasser le quota obligatoire de 25% de logements sociaux, c’est le cas de Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI) et de David Belliard (EELV).

-> Réguler les loyers : pour Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI) il faut les baisser, David Belliard (EELV) propose de les bloquer pendant 5 ans.

-> Plus de logements accessibles à l’achat : aider les classes moyennes à acheter pour Anne Hidalgo, qui propose 6000 logements à ½ prix du m2 , David Belliard en propose 5000 et Agnès Buzyn, elle propose plutôt des aides à l’achat pour ces ménages. Serge Federbusch propose d’aider les actuels habitants des HLM de les acquérir à moindre prix et Cédric Villani souhaite proposer 3000 places en logement social pour les SDF.

-> L’éléphant dans la pièce : AirBnb. 65 000 appartements parisiens seraient sur AirBnb. Forcément, cela contribue indirectement à faire augmenter les loyers et les candidats sont plutôt d’accord pour réguler. Mais pas à la même hauteur. Pour la liste de Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI) vous pourriez louer votre appart où vous vivez au quotidien un max de 30 nuits par an, David Belliard (EELV) table sur 45 nuits, Cédric Villani sur 60 nuits. Anne Hidalgo (PS) ne fixe pas vraiment de minimum, elle propose de faire un référendum pour que ce soit les Parisiens qui tranchent. Pour Rachida Dati, il faudrait plutôt que la plateforme vérifie elle-même si vous avez bien le droit de mettre votre appart sur Airbnb et que vous ne le sous-louez pas (par exemple). Pour elle, comme pour la plupart des autres candidats, l’enjeu est aussi de multiplier les agents chargés du contrôle des apparts loués. Sur ce sujet, Serge Federbusch (RN) fait un pas de côté et se prononce contre l’encadrement. 

Des aides pour vivre mieux à Paris : Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI) et de David Belliard (EELV) proposent tous les deux un minimum social garanti pour les plus précaires. Anne Hidalgo (PS) et Agnès Buzyn (LREM) veulent particulièrement aider les familles monoparentales avec un “chèque coup de main” et 50h de babysitting gratuit/an. Ils sont nombreux à proposer une tarification solidaire dans les cantines, c’est le cas d’Anne Hidalgo (PS), Rachida Dati (LR) par exemple.  

Des aides pour les populations en grande précarité : Rachida Dati (LR) souhaite développer les structures d’accueil réservées aux femmes, Anne Hidalgo (PS) veut dédier 25% de l’investissement municipal aux quartiers populaires, David Belliard (EELV) souhaite étendre le réseau de bains-douches et toilettes pour les SDF et Marcel Campion compte sur la coopération de constructeurs pour aménager des centres d’hébergement pour les réfugiés sur les terrains vides. Cédric Villani et Agnès Buzyn (LREm) ont une approche par des centres de Santé ouverts plus longtemps (Buzyn) ou des maisons de solidarités qui géreraient l’ensemble des services sociaux (Villani).

 
L'ÉCOLOGIE

Comment avoir un Paris plus vert ? Comment mieux circuler ? Est-ce une question d’aménagement ou de circulation ? Pour avoir un air plus respirable, que faut-il faire ? Des transports publics plus performants ? Un accès au métro gratos ? Un accès aux vélos gratos ? Faut-il réouvrir les voies sur berges ? 

Bye Bye voiture perso, salut les transports gratos ! C’est ce que proposent pas mal de candidats. Pour certains, le mieux c’est de rendre les transports publics gratuits, jusqu’à 18 ans pour Anne Hidalgo (PS), 26 ans pour David Belliard (EELV) et pour tous pour Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI). 

La solution c’est surtout d’avoir des transports qui marchent mieux pour Cédric Villani et Agnès Buzyn, la grosse prio c’est d'accélérer l’automatisation des lignes de métro.

Pour un Paris plus sain pousser les Parisiens à se bouger le popotin… et à faire du vélo. Pour ça, Cédric Villani a un argument choc : 2h de gratuité pour les courses en vélibs et construction d’une vélorocade sur la petite ceinture. Sans aller jusque là, il n'est pas le seul à penser que Paris à vélo, c’est la vie : Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI), mais aussi David Belliard (LFI) et Anne Hidalgo militent pour mettre en place le “vélopolitain”, en gros, un réseau de pistes qui permet d’aller dans tout Paris. Pour Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo, pour avoir plus de vélos dans Paris et éviter les déboires de l’an dernier, il faut passer par la municipalisation de vélib.

Et le périph ?  Ils sont plusieurs à proposer d’aménager une voie spéciale sur le périph pour les covoiturages, les transports en commun, les véhicules électriques. C’est l’avis de Rachida Dati (LR), Anne Hidalgo (PS), David Belliard, lui, va un cran plus loin en proposant d’ajouter des promenades accessibles aux piétons et d’organiser une grand journée “périph sans voitures” chaque mois. Marcel Campion, lui, prône un "double périph", un pour les voitures qui contournent la ville et un autre couvert et végétalisé pour les autres".

Et les piétons alors ?! Les piétons sont présents aussi dans les programmes. Cédric Villani propose 3 grandes promenades végétalisées qui relieraient notamment les bois de Boulogne et Vincennes. David Belliard (EELV) penche pour une zone piétonne et verte par arrondissement alors qu’Agnès Buzyn (LREM) voudrait d’un réseau de “rues jardins” dans le Centre de Paris (= arrondissements 1,2,3,4). “Être piéton, ça a du bon” dit aussi Serge Federbusch qui rêve de piétonniser un espace de la Concorde au Palais Royal, en y mettant des navettes électriques… à condition de réouvrir les voies sur berges aux voitures. D’ailleurs, sur ce dernier point, il est d’accord avec Marcel Campion.

 
LA SÉCURITÉ

Un truc à savoir sur la ville de Paris, c’est qu’elle n’a pas de police municipale. Elle a bien quelques agents de sécurité mais c’est le préfet de Paris qui gère la police.
Et justement, la question qui se pose avec ces municipales, c’est : faut-il changer ce système ? Et si oui, comment ?

Il faut créer une police municipale armée : c’est la position d’Agnès Buzyn (LREM) et de Rachida Dati (LR), qui recommandent de tripler (Dati) voire quadrupler (Buzyn) le nombre de caméras présentes dans nos rues.

Une police municipale ok, mais pas armée : c’est ce que propose Anne Hidalgo (PS). Pour l’actuelle maire de Paris, cette police devra être beaucoup plus formée sur les violences faites aux femmes. Cette formation est d’ailleurs aussi demandée par Rachida Dati.

Un combo armé et non armé, c’est la solution : C’est ce que dit Cédric Villani qui pense que le mieux c’est de combiner une partie de la police armée avec une autre non armée, et d’ajouter de la vidéosurveillance. La vidéosurveillance c’est aussi ce qu’appelle de ses voeux Marcel Campion. 

Non à la police municipale, oui aux agents de protection mieux formés : C’est ce que proposent Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI), pour eux, il faut que les agents de la ville soient mieux formés à la médiation et la lutte contre les harcèlements. David Belliard (EELV) est plutôt d’accord avec eux, il serait plutôt pour une sorte de “brigade de la sécurité et de la tranquillité publique”. Sur ce point, Serge Federbusch (RN) propose plutôt de mettre en place des rondes citoyennes par quartier.

 
LA PROPRETÉ 

S’il y a bien un thème qui revient dans le programme de tous les candidats, c’est la propreté de notre ville. Pas glamour mais pas étonnant, quand on estime que notre capitale compterait plus de rats que d’habitants.
Que faut-il faire alors ? Gérer les services de nettoyage au niveau de la mairie centrale ou confier cela aux mairies d’arrondissements, plus proches du terrain. Faut-il tout privatiser ou au contraire, tout remunicipaliser ? Faut-il investir dans des moyens technologiques ?

Privatiser pour mieux nettoyer : pour la liste Aimer Paris, de Serge Federbusch (RN), la meilleure façon de résoudre le problème c’est de déléguer le plus possible aux entreprises privées. Les listes de Cédric Villani, Rachida Dati, Anne Hidalgo et Agnès Buzyn ne sont pas contre déléguer au moins une partie des services de propreté.

Déléguer pour mieux traquer les saletés : les mairies d’arrondissement seraient les mieux placées pour faire briller nos trottoirs pour les listes d’Agnès Buzyn et Rachida Dati. 

Travailler et dépenser plus pour nettoyer mieux : adapter les horaires de nettoyage aux horaires de vie des Parisiens, investir dans des poubelles et des toilettes publics, sur ce point, on retrouve Marcel Campion, de Libérons Paris; Agnès Buzyn (Paris Ensemble - LREM), David Belliard (L’Ecologie pour Paris - EELV). 

Rendre le balai à la Cité : pour les listes de Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo (LFI), la propreté de doit pas être une affaire d’entreprises privées : il militent pour que celle-ci soit entièrement gérée par la ville. 

Optimiser avant de dépenser : c’est ce que propose Cédric Villani : il souhaite installer des caméras sur les véhicules de la ville avec un logiciel qui établirait un état des lieux en temps réel, ce qui permettrait d’optimiser le nettoyage. 
 


Alors bon vote dimanche, et si vous voulez vous forger une opinion en recevant chaque matin les infos essentielles de la journée, inscrivez-vous à Voxe !

Derniers articles

Instagram

Bonjour vous !

Vous connaissez My Little Paris ?

Des idées imprévisibles et des adresses cachées
pour vivre le meilleur
de Paris avant le couvre-feu.

Le tout, chaque semaine dans votre boite mail.