Les kiosquiers les plus sympa de Paris



Ces kiosquiers ne sont pas juste kiosquiers. Ils sont aussi confidents, ange-gardiens, conseillers, amis... et au coeur de la vie de quartier. Les 10 plus sympas, on a été leur parler. Et si vous passez les voir demain pour leur demander notre hors-série Courrier International spécial Villes, ils vous offrent le croissant. Dans la limite des stocks disponibles.

Hassan, métro Parmentier

La messe est dite dès que l'on arrive pour nous présenter : "lui, c'est un champion !" glisse une cliente visiblement habituée. Hassan, c'est un champion du quotidien, sens cesse à saluer, se soucier, serrer des mains. Il compte parmi ses clients fidels Jean Nouvel (qui lui achète Le Monde), Valérie Lemercier, Nagui (qui passe en allant faire du sport) ou... Gérard Depardieu. Ce dernier lui laisse régulièrement la monnaie sur un billet de 10. Sympa.

Kiosque métro Parmentier
-
88 bis avenue Parmentier

Rihab, Square Trousseau

Rihab était étudiante en informatique avant de reprendre son kiosque il y a 9 ans, suivant les pas d'un oncle kiosquier. L'ordinateur portable, elle le garde avec elle, derrière le comptoir. Comptoir tout petit, car le kiosque tient sur un trottoir, collé-serré au beau Square Trousseau du 12ème. Le coeur de Rihab, lui, est grand : elle a le numéro de téléphone de nombreux clients qu'elle appelle dès qu'ils s'absentent plus de trois jours. Quand elle prend des vacances, certains fidèles refusent carrément d'acheter le journal, tant ils sont attachés à Rihab. Elle réceptionne les colis, garde des clés, des cady de courses. Bref, c'est une petite maman de quartier, tout à fait indispensable.

Kiosque Square Trousseau
-
116, rue du Faubourg Saint-Antoine Paris 12

Didier, Place Monge

"Vous êtes sûr que vous voulez parler de moi ? Pourtant je suis le moins sympa !" Didier Paen, grand sourire, aime être sarcastique. Il a quitté son kiosque place Saint Michel pour s'installer Place Monge en 1994. Ce qui lui plait le plus ? Être indépendant. Ancien cadre, il n'avait plus envie ni de recevoir ni de donner des ordre. Dans son kiosque, c'est lui qui dirige. Il est tellement rodé que 70% du temps, il sait déjà ce que ses clients vont lui demander. Ce qui le fait le plus sourire ? Les demandes de rues farfelues que lui adresse les touristes égarés. "Où est la rue Moustafard s'il vous plaît ?".

Kiosque Place Monge
-
Place Monge

Eric, boulevard Raspail

Dans le métier depuis 30 ans, Eric dirige l'un des kiosques les plus littéraires de Paris. C'est le kiosque des éditeurs et écrivains : les éditions Albin Michel sont au bout de la rue, et ça se sent. Eric claque la bise à son amie Amélie Nothomb tous les jours. La Revue des deux mondes trone au devant du comptoir. Et il y a vraiment TOUT ce qui sort en presse.

Kiosque métro Vavin
-
202 boulevard Raspail Paris 14

Nourredine, Odéon

Quand nous sommes passés, Nourredine Berriche était en vacances au soleil. C'est son remplaçant que vous apercevez, affairé derrière le comptoir, qui nous a dressé le portrait de son patron en trois mot : "abordable, souriant, humain". Ce kiosque, il tourne à fond les ballons, d'où probablement le besoin de repos. Flanqué de 3 cinémas, d'un Starbucks idéalement situé en face et d'un nombre impressionnant de personnes en attente (d'un rendez-vous ? d'une séance ? d'un bus ?), on peut dire que l'emplacement est idéal.

Kiosque Odéon
-
95 boulevard Saint-Germain Paris 6

Issam, Hôtel de Ville

La vie d'Issam, on pourrait en écrire un roman. Son MBA de l'université américaine de Beyrouth et de la Business School de Copenhague en poche, il est parti travailler pour différentes entreprises au Nigéria, au Ghana et au Cameroun, en tant que Directeur Général s'il vous plait. Et puis finalement, il en a eu assez de travailler pour les autres. Une épouse française a fait le reste : il n'a plus envie de bouger ni de Paris ni de son kiosque juste en face de l'Hôtel de Ville. Stratège et bon commerçant, il nous apprend les 3 points clé du commerce de détail "1. l'emplacement 2. l'emplacement et 3. l'emplacement."

Kiosque Hôtel de Ville
-
68, rue de Rivoli, Paris 4

Abdel, Richelieu-Drouot

Abdel est arrivé à Paris en 1980, tout droit d'Egypte où il travaillait la mosaïque. Ce qu'il aime dans son métier de kiosquier, c'est le contact humain. Dernier bastion d'un quartier dépeuplé, il déplore les loyers trop chers qui finissent par faire fuir les gens et même les grandes banques. Son chiffre d'affaire à lui, nous confie-t-il, est en chute libre. Pourtant, Abdel est d'une gentillesse sans faille, affichant un sourire à toute épreuve. Un souvenir marquant ? La fois où il avait recueilli un vieux monsieur du quartier très élégant, atteint d'Alzheimer, qui ne se rappelait ni même de son nom.

Kiosque Richelieu-Drouot
-
11, boulevard des Italiens Paris 2

Rafik, Strasbourg-Saint-Denis

Rafik est installé sur le bouillonnant boulevard Saint-Denis depuis 3 ans. Son kiosque et le quartier le font sourire jusqu'aux oreilles : "On y comprend rien ici ! C'est le bazar, je suis pile à l'endroit où se touchent le 3ème, le 2ème et le 10ème arrondissement. 90% des gens qui passent la tête viennent pour demander une adresse. Je devrais demander une prime à la ville de Paris pour tous les renseignements que je donne". Ce qu'il aime vraiment, c'est pêcher, de préférence les truites. Il en a pêché une à Cergy, mais il aime bien aussi lancer sa canne à pêche dans la Seine ou la Marne. En Algérie, avant de venir en France, il avait un club de pêche sous-marine.

Kiosque boulevard Saint-Denis
-
9, boulevard Saint-Denis

Nicolas, Guy Môquet

Ce kiosque est une affaire d'amitié. Ils sont deux à tourner derrière le comptoir, Nicolas et Eric. Et tout fonctionne comme ça ici, de façon informelle, avec beaucoup de bienveillance : le contact avec les habitués, les nouvelles rencontres, les discussions, les déjeuners, les coups de mains... comme une grande famille, aussi essentielle à la vie du quartier que la boulangerie. Ils n'habitent pas loin et connaissent le quartier comme leur poche, des vrais titis parisiens.

Kiosque Guy Môquet
-
1, rue de la Jonquière Paris 17

Manuel, Jules Joffrin

En terme de parcours, on ne peut pas faire plus impressionnant : dans la place parisienne depuis 1984, Manuel s'est occupé des kiosques place Clichy, puis porte Saint-Martin, puis Richelieu-Drouot, puis les Halles pendant 20 ans, puis Porte Maillot... avant de s'installer il y a pile 1 an place Jules Joffrin. Ouf. Moins drôle : presque tous ces derniers kiosques ont dû fermer. Ici autour de Jules Joffrin, Manuel apprécie le mélange des gens, et une vie de quartier qui ne s'arrête jamais, vacances ou pas, il y a toujours du monde. Son moteur ? La proximité avec les gens.

Kiosque métro Jules Joffrin
-
Place Jules Joffrin

Voir toutes nos cartes

Instagram